Cire d’Abeille

cire d'abeillebeeswax
Une ouvrière manipulant la cire et construisant les cellules

Une ouvrière manipulant la cire et construisant les cellules

La cire d’abeille est sécrétée par les abeilles cirières. Elles l’utilisent pour construire les rayons à miel. La cire est réalisée à partir des écailles blanches et transparentes qui apparaissent à l’ouverture des quatre petites poches situées de chaque côté de l’abdomen de l’abeille. « Étrange sueur presque aussi blanche que la neige et plus légère que le duvet d’une aile », dont la production se réalise par une augmentation de température « au plus profond de la foule » agglomérée en un cône (Maurice Maeterlinck, La vie des abeilles, livre III, chap 12 et 13).

Les ingrédients chimiques de la cire d’abeille sont les suivants: Hydrocarbures: 14%; Monoesters: 35%; Diesters: 14%; Hydroxy-polyesters: 8%; Acides libres: 12%.

La cire d’abeille (notamment celle des opercules) est récupérée par fusion par les apiculteurs, parfois au moyen d’un four solaire. Pour l’apiculture, elle est confiée à un « gaufreur » qui va la transformer en feuilles pré-imprimées d’alvéoles, qui inviteront les abeilles de la ruche à reconstruire leurs rayons à l’intérieur de cadres mobiles. 
La cire d’abeille est aussi utilisée par les industriels de la cosmétique pour les produits de beauté comme les crèmes, les lotions, les onguents et les rouges à lèvres. 
Elle sert également à la fabrication de médicaments, des chandelles et parfois à l’imperméabilisation et traitement d’entretien de certains matériaux comme le bois, le cuir et même le métal. Elle est aussi autorisée comme additif alimentaire (numéro E901). 
Ses propriétés hydrophobes et antibactériennes en faisaient l’un des principaux ingrédients de la momification par les embaumeurs de l’Égypte de l’Antiquité.
 On utilise aussi la cire d’abeille pour traiter les sabots fendus chez les animaux. En Asie et en Afrique, la cire d’abeille sert à teindre les tissus en batik.
 Elle est également utilisée pour faire la plupart des embouchures de didgeridoo.

La cire d’abeille peut se conserver très longtemps. Sa transformation est simple, un procédé de chauffage et de filtrage suffit à préparer la cire, qui peut être vendue en petits morceaux sans protection particulières.

Enfin la cire possède des propriétés chimiques et physiques particulières :
– une densité de 0,96, la cire flotte donc sur l’eau
– un point de fusion à 63°C environ
– malléable à température ambiante
– insoluble dans l’eau (hydrophobe)
– liquide quand elle est fondue (pas visqueuse)
– longue conservation

Il est totalement incroyable que, avec des milliers d’abeilles qui viennent et ajoutent leur petit morceau de cire à l’endroit où le « rallongement » est en cours, vous n’obteniez pas un millier de différentes variations de forme et d’épaisseur. Vous êtes amené à la conclusion que chacun de ces milliers d’insectes doit lui-même être un ingénieur diplômé.

Chaque abeille n’ajoute qu’une minuscule partie à une zone donnée du rayon. Cependant, chaque cellule se retrouve avec la même taille et la même forme que toutes les autres. A partir de l’apparente désorganisation et du chaos au petit bonheur du travail sur les rayons, arrive la perfection de l’uniformité. Quand vous observez le travail pendant qu’il est en cours, vous avez même l’impression que chaque abeille se constitue comme étant une équipe d’inspection formée d’un seul individu. Elle examine le travail, y met la main ici et là, puis elle retourne à vaquer à ses occupations. Avec des milliers d’abeilles qui le font, vous obtenez on ne sait trop comment ce parfait produit fini.

(Murray Hoyt, The World of Bees, p. 99 et 100)

Histoire Apis Cera