Apis Cera

La fabuleuse histoire d'Apis Cera

Pour créer une étincelle, il suffit parfois d’une marque d’attention, d’un simple geste – juste un peu d’amour. Je m’appelle Charles, et je suis artisan cirier. Voici mon histoire.

À vrai dire, peu d’enfants grandissent en rêvant de devenir un jour artisan cirier, ou ‘créateur de bougies’. Je ne suis pas l’exception à la règle, bien que le travail manuel et l’artisanat m’aient toujours passionné. Mais il faut bien se faire une raison, et pendant plus de dix ans, concevoir des sites Web derrière un bureau était devenu ma vie, mon train-train quotidien. Jusqu’au jour où le destin en a voulu autrement.

L’étincelle

Il y a quelques années, pour faire un cadeau à des amis j’ai acheté à un apiculteur local une dizaine de bougies à la cire d’abeille naturelle. L’emballage laissait fort à désirer, mais les rustiques bâtons de cire étaient si gracieux que je décidais – un peu à l’insu de mes amis – d’en garder un pour moi…

La précieuse bougie a atterri dans un pot à crayons sur mon bureau, où elle a sommeillé pendant des mois. Et puis un jour, j’ai eu cette révélation : « Avec un peu de pratique, je suis sûr que moi aussi je pourrais fabriquer ce genre de bougies ! » C’était l’étincelle.

Depuis, mon ambition n’a jamais faibli :

Redonner aux bougies leurs lettres de noblesse.

Une flamme vacillante

Une entreprise a beau être noble et vertueuse, ses débuts n’en sont pas moins modestes. Toutefois, passion et patience font souvent merveille. Avec à peine 300 euros en poche, je me suis procuré un bloc de cire d’abeille, quelques mèches, du papier d’emballage et une jolie boîte faite sur mesure – l’aurore d’une longue aventure.

Façonner « l’or » des abeilles est certes éprouvant, mais c’est aussi un exercice enrichissant et passionnant, et le résultat des plus gratifiants. J’avais trouvé ma voie. Avec le temps, j’ai troqué souris et clavier contre quelques outils, des moules et un atelier dans le sud de la France. C’est ainsi qu’Apis Cera est née.

« Apis Cera » ? On m’interroge souvent sur l’origine et la signification de ce nom. La réponse est si bête que j’en rougirais presque : fidèle à ma réputation de geek, j’ai un jour tapé « cire d’abeille » sur Internet. La traduction latine « Apis Cera » est apparue… j’ai tout de suite acheté le domaine !

Notre feu

Au fil des années, Apis Cera a développé une fascinante panoplie de produits originaux faits main, chaque création affirmant sa propre personnalité. Des célèbres bougies en nid d’abeille aux robustes piliers coulés à l’ancienne, en passant par les fines chandelles traditionnelles, chacune de nos bougies est façonnée en cire d’abeille naturelle – un matériau rare et coûteux. Nous n’utilisons aucun produit chimique, aucun additif ni aucun colorant. Enfin, les mèches de nos bougies ‘non-fumeuses’ sont 100 % pur coton.

Apis Cera propose également des produits de soins naturels, tels que des savons et des baumes à lèvres fabriqués à partir d’ingrédients organiques. Ces derniers proviennent principalement de Provence (lavande, huile d’olive vierge extra, huile de tournesol, huiles essentielles de lavandin), mais aussi du bassin méditerranéen et au-delà (huile d’argan, beurre de karité, ylang-ylang, etc.).

De la conception et la fabrication à l’emballage et au conditionnement, nous nous efforçons de créer des bougies et des savons d’exception à un prix abordable, toujours dans le respect de l’environnement. Contrairement aux ingrédients entrant habituellement dans la composition de bougies synthétiques, tels que la paraffine (un dérivé du pétrole) ou la stéarine (extrait de graisse animale et végétale), la cire d’abeille est une matière durable et bienfaisante, un merveilleux don de la nature. Elle ne contient aucun polluant et dégage un apaisant et délicieux parfum…

Apis Cera est aujourd’hui une entreprise florissante qui distribue, en Europe et partout dans le monde, des créations organiques de qualité à des clients écoresponsables. Elle contribue à préserver des communautés locales, les populations d’abeilles et l’équilibre écologique dans son ensemble, tout en perpétuant un savoir-faire ancestral.

Bref, tant que les abeilles ne sauront pas faire de bougies, nous servirons d’intermédiaires entre elles, la ruche et les humains.

Il ne reste à ce jour plus beaucoup de maîtres ciriers en France. Mais il suffit d’un rien – d’un simple geste – pour qu’une minuscule étincelle se transforme en flamme, et une simple lueur en un grand feu de joie, source de chaleur… et d’espoir. Ensemble, continuons de l’entretenir.

Charles van Valkenburg, Fondateur d’Apis Cera

“Après que les ruches sans miel n’eurent plus que la cire, on fit mainte bougie”
La Fontaine